Eloge de l’artiste

Lucien BRANCHARD, éloge d’un Artiste

Un regard clair, une main fine et ferme, une mâchoire carrée, voici quelques traits physiques de Lucien BRANCHARD qui peuvent trouver leur traduction dans une précision de l’œil et de la main exceptionnelle et une gourmandise de la vie sans borne. Une entrée en conversation immédiate ; Toujours un coin de ciel à signaler, ou un coup de soleil sur les collines à expliquer. Et alors, quand il avait croisé un champ de fleurs !
Peintre pastelliste principalement, (car il a été formé dans toutes les disciplines), les œuvres de Lucien sont celles d’une éternité heureuse. Chez lui tout est douceur et lumière.

Découvrons ensemble quelques facettes de cet artiste qui a toujours peint avec son cœur, mais dont l’âme illumine les paysages de sa Bourgogne.

Très tôt il prend conscience de ses facilités en dessin. Pupille de la Nation ( son père, résistant a été fusillé par les Allemands ), sa maman le confie à Max SCHEMBERG alors Directeur de l’ ECOLE de Dessin de CHALON S/SAONE qui l’oriente et le façonne. Lucien réussira le concours d’entrée à l’ ECOLE des Arts Décoratifs de Paris dont il deviendra major de sa promotion et titulaire du diplôme d’Architecte d’intérieur et créateur de modèles. Il s’installe à Paris, puis revient à CHALON pour développer ses talents dans le domaine des Arts Graphiques.
A force de volonté et de travail il prend une place évidente dans le paysage régional des Arts Graphiques. De nombreuses Entreprises lui doivent le renouveau de leurs marques et logos. Parallèlement à ses activités professionnelles, Lucien se sent attiré par la peinture de sa région et plus particulièrement par la Côte Chalonnaise allant de Santenay à Cluny. Près du chemin des Moines, il y fait l’acquisition d’une résidence à St VALLERIN, et ce sera le début de la découverte de cette campagne de chaumes dont il peindra chaque coudée à chaque saison.
Figuratif, Lucien BRANCHARD, honore la réalité sans soumission, avec infinie sensibilité, tendresse et personnalité. Pastelliste : parce que cette technique lui apporte facilité d’installation sur le motif, et spontanéité du travail. Convivial : pour faire connaître son amour des lignes et des couleurs de sa région.

Aller peindre avec Lucien, c’est d’abord se soumettre à son sens du détail : sommes-nous bien habillés pour passer quelques heures en nature à n’importe qu’elle saison (je l’ai même accompagné pour une étude de CHALON sous la neige), avons-nous de quoi nous sustenter (casse croûte et Chardonnay) ?
Pas de soucis pour le choix du paysage à croquer, il aura déjà identifié un champ de coquelicots, de bleuets ou un cerisier en fleurs. Ses quelques recommandations bien senties et justes auront permis à beaucoup d’entre nous, qui avons partagé quelques journées avec lui, de comprendre l’ intérêt de bien lire la nature, l’ interpréter et la restituer le plus habilement possible, sans effet, donc sans fard.
Lucien BRANCHARD est un artiste qui porte en lui cette force de caractère, et ce charisme pictural qui nous fait reconnaître dans son œuvre son amour de la nature, cette passion de travailler en extérieur (sur le motif), la transmission de son univers poétique, et la traduction de son travail.
Lucien est un peintre rigoureux, perfectionniste ( Ingriste diront certains ), exigeant, propre, proche du détail. Il nous aura donné spectacle de ses événements simples ou grandioses de la vie et du quotidien, et de la nature en tant que nourriture spirituelle ; et quand le temps ne s’y prêtait pas, un tour au marché de son quartier lui donnait les sujets de l’émotion à traduire sous forme de fleurs ou de fruits, de natures mortes qui devenaient tellement vivantes sous ses pastels, dans son atelier de la Rue du Blé.
Lucien aura développé aussi son intérêt pour la sculpture (fils de fer, plâtre, bois, bronze, pierre), la peinture et ses allégories (ses hommages à une grande Entreprise de transport , à Venise, à la Corse, à Mozart, Le Mont St Michel, Challenger, et Concorde), ses monuments (CHALON, GERGY, MONTCOY), les affiches, ses séries sur les Ciels…

L’ Air et la Terre. Voilà qui était Lucien.

Il s’envola avec deux Amis à la recherche de clichés pour nourrir de futures séries sur les Alpes et ses sommets prestigieux. Le Mont Blanc n’a pas voulu les laisser passer et les rendre à leurs passions. Lucien voulait juste consacrer sa retraite à créer encore plus, partager ses passions et développer ses expositions. Il en parlait depuis longtemps. Son destin n’a pas voulu le laisser continuer dans cette voie. Nous le regrettons.

Lucien, s’il te plaît, comment devons nous peindre ton Paradis Blanc ?

Daniel COLAS
Pastelliste, élève de Lucien

Partager notre site sur les réseaux sociaux:

Les commentaires sont fermés.